HISTOIRE DES PRINCES

 

ET LEUR MONNAYAGE

honore-2.jpg

Honoré II Grimaldi (1597-1662) était le fils d’Ercole Grimaldi, seigneur de Monaco (*1562 — †1604) et de Marie Landi de Valetare (†1599).

D'abord seigneur de Monaco (1604) à la mort de son père, il prit le premier en 1612 le titre de prince de Monaco.

En 1640, il fait frapper les premières monnaies monégasques : Florins, gros, patacs, de cuivre et de billon, mises en circulation à l'occasion de la fête de la Saint Devote.

En 1641, dans le cadre du traité de Péronne, Honoré II place la principauté de Monaco sous le protectorat de la France et perd de ce fait ses terres espagnoles et leurs revenus. Le roi Louis XIII prévoit de lui donner en compensation le duché de Valentinois, le marquisat des Baux, le comté de Carladès, les baronnies de Calvinet, du Buis et la seigneurie de Saint-Rémy-de-Provence. Louis XIII reconnaît au Prince le droit de monnayage.

Se titrait ensuite : « prince de Monaco, duc de Valentinois, marquis des Baux, comte de Carladès, baron de Calvinet et du Buis, seigneur de Saint-Rémy. »

 

louis-1er-1.jpg

Lodovico Grimaldi est né le 25 juillet 1642 et est décédé le 3 janvier 1701. Il était le fils d’Hercule Grimaldi, marquis des Baux (*1623 — †1651) et d’Aurelia Spinola (†1670).

Il fut prince souverain de Monaco sous le nom de Louis Ier. Le prince remet en vigueur le droit de péage sur les bateaux de commerce. Quiconque passait au large de Monaco devait payer un droit de 1 % sur la cargaison.

Son règne fut marqué par une frappe nombreuse et variée. Il fit frapper beaucoup de monnaies destinées au Levant.

 

antoine-1er-1.jpg

Antoine Ier Grimaldi est né le 25 janvier 1661 à Paris et est décédé le 20 janvier 1731 à Monaco. Il succéda à son père Louis Ier Grimaldi en 1701 et devint le 3e prince de Monaco.

Son père avait, lors de son ambassade auprès du Saint-Siège, dépensé des sommes immenses. Le prince de Monaco dut réduire son train de vie et quitter la cour de Versailles. Louis XIV le vit partir avec regret. « Adieu, monsieur de Monaco, lui dit-il, comptez que vous emportez mon estime, mon amitié et ma confiance ».

Durant son règne le monnayage des petites valeurs fut abondant, mais très faible pour les monnaies en argent.

 

honore-3.jpg

Honoré III Grimaldi, né le 10 novembre 1720 et décédé le 21 mars 1795, fut prince souverain de Monaco de 1733 à 1793, lorsque la France envahit et annexa la Principauté. Il fut alors emprisonné pendant un an.

Il est le fils de la princesse Louise de Monaco (1697-1731) et de Jacques Ier de Goyon, comte de Torigni puis prince de Monaco (1689-1751).

En 1735, un petit monnayage est effectué pour les besoins locaux, négligeant les métaux nobles. Les pezzetta, demi-pezzetta, dardenna et liard étaient obtenus par fonte des petites espèces précédentes.

 

honore-5.jpg

Honoré V Grimaldi est né en 1778 et décédé en 1841. Il est le fils de Honoré IV de Monaco (1758-1819) et de Louise d'Aumont, duchesse de Mazarin (1759-1826).

Il s'engage à 20 ans dans la cavalerie française. Devenu officier, il est employé comme aide de camp par le général Grouchy puis, à partir de 1807 par Joachim Murat, alors grand-duc de Berg à la demande duquel il est fait « Légionnaire » le 3 juillet 1807. Ayant suivi Murat en Espagne, il devient par la suite premier écuyer de l’Impératrice Joséphine.

Au tout début de mars 1815, alors que Napoléon vient de débarquer sur les côtes françaises à Golfe-Juan, il rencontre par hasard Honoré-Gabriel de Monaco. La légende veut que l'Empereur, s’étant entendu répondre « Je vais chez moi à Monaco » aurait affirmé que lui aussi se rendait chez lui « aux Tuileries ».

D'abord baron de Monaco et de l'Empire (décret impérial du 15 mars 1810 sans lettres patentes) : ce simple titre de baron est le reflet des difficultés alors rencontrées par l'ancienne famille régnante d'une principauté annexée par la France de 1793 à 1814.

Titre de pair à vie, par ordonnance du 4 juin 1814 de Louis XVIII de France, en faveur d'Honoré-Gabriel Grimaldi, duc de Valentinois, Prince de Monaco, confirmé à titre héréditaire par l'ordonnance du 19 août 1815 de Louis XVIII. Titre de duc-pair héréditaire attaché à ladite pairie, en faveur du même, par ordonnance du 31 août 1817 de Louis XVIII.

Son règne est marqué par des émissions de monnaies en bronze de 5 centimes (1837-1838) et de un décime (1838) (graveur Borrel), ainsi, entre autres, que des devises de 5 francs en argent à la devise de la Maison des Grimaldi "Deo Juvante"...

Honoré V, décèdant sans descendance légitime, c'est son frère Florestan Ier (1841-1856) qui lui succède.

 

 

charles-3.jpg

Charles III Grimaldi est né en 1818, il est le fils de Florestan 1er et de Caroline Gibert de Lametz.

Il accéda au trône en 1856 avec une Principauté emputée des territoires de Roquebrune et Menton suite à la sécession de 1848. Cette perte de prés 90% de son territoire s'est accompagnée d'un déclin économique important, les 2 villes précédemment citées fournissant la quasi totalité des revenus.

Afin de remonter l'économie de la Principauté, le Prince Charles III décida d'attirer les étrangers en améliorant Monaco, et créa notamment le "Mont Charles", c'est à dire Monte Carlo, avec les constructions du Casino, d'hôtels et du chemin de fer.

Son règne fût marqué par deux émissions monétaires importantes en métal précieux : 20 francs or en 1878 et 1879, et 100 francs or en 1882, 1884 et 1886, communément appelés des "Monaco" et que l'on retrouve sur les tables de jeu du casino.

 

 

albert-1er.jpg

Albert 1er Grimaldi, né en 1848, succéde à son père Charles III en 1889.

Albert 1er, "Prince Savant", fondateur de l'océanographie moderne, fit bâtir le Musée Océanographique de Monaco. Oeuvrant dans divers domaines scientifiques, il fit également construire le Musée d'Anthropologie Préhistorique.

Les émissions monétaires de ce règne se résument à une pièce de 100 Francs, en or, frappée en 1891, 1895, 1896, 1901 et 1904.

 

 

Les seuls billets émis en principauté sont des billets de nécessité mis en circulation en 1920. L’impression en est confiée à un imprimeur monégasque (Imprimerie Veuve A. Chêne). Ils sont remboursables avant le 31 décembre 1922 auprès de la Trésorerie Générale des Finances de Monaco. Trois valeurs sont imprimées : 25 et 50 centimes, 1 Franc.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site